Une école du Groupe IGS
Campus Paris | Lyon | Toulouse
IPI
IPI
Formationcontinue

Qu’est-ce que le green IT ?

green IT

Selon une étude réalisée conjointement par l’ADEME et l’Arcep, le secteur du numérique en France consomme 48,7 TWh en énergie électrique (10 % de la consommation totale du pays). Ce même rapport qui a été remis au gouvernement stipule que le digital provoque l’émission de 16,9 millions de tonnes en CO2. De ces données chiffrées, nous comprenons l’intérêt croissant des entreprises envers le Green IT. Pour mieux appréhender ce concept, ses enjeux et ses avantages, voici une analyse signée l’IPI.

Qu’est-ce que le green IT ?

C’est dans les années 1990 aux États-Unis qu’est apparu pour la toute première fois le concept du green IT. Il fait référence à toutes les technologies et les méthodes managériales qui permettent la réduction de l’empreinte écologique d’une activité professionnelle.

Plus simplement, c’est grâce au green IT que les entreprises peuvent minimiser leur consommation énergétique, ainsi que leur consommation en CO2. De cette manière, elles s’inscrivent dans une démarche écologique et surtout responsable ! Le green IT se décline en des pratiques très diverses. Par exemple, une société peut privilégier le télétravail afin de réduire les déplacements en voiture, remplacer les emails qui émettent énormément de CO2 par une communication groupée via un outil collaboratif (exemple : Slack)…

En quelques années seulement, le green IT est passé d’une simple tendance, à une approche populaire et fortement encouragée. Ci-dessous, vous sont présentés ses enjeux principaux.

Quels sont les enjeux du green IT ?

Quand il s’agit de green IT, les enjeux sont multiples, et nous pouvons les résumer ainsi :

  • la réduction des ressources et de l’énergie nécessaires à la fabrication du matériel informatique ;
  • la production d’appareils informatiques et électroniques performants et plus durables ;
  • la création de logiciels peu gourmands en ressources informatiques (exemple : RAM), et émettant très peu de CO2 ;
  • la minimisation de la quantité d’énergie consommée lorsque l’infrastructure informatique marche à plein régime ;
  • l’économie d’énergie par le recyclage du matériel informatique en place ;
  • la transmission de documents numériques afin de supprimer les impressions en papier ;
  • la sensibilisation du personnel quant aux pratiques durables en informatique.

En résumé, appliquer une approche green IT revient à maintenir son niveau de production intact, tout en consommant moins de ressources matérielles et d’énergie. Il s’agit là d’un moyen essentiel pour répondre aux défis environnementaux de la sphère économique, et de notre société.

À ce stade, la question qui se pose est : comment mettre en place une stratégie green IT ? Sans plus attendre, voici le mode d’emploi !

Comment mettre en place une stratégie green IT ?

Pour mettre en place une approche green IT, une société doit s’attaquer aux points suivants :

#1 Prolonger la durabilité des équipements informatiques

Le rapport de l’ADEME et de l’Arcep indique que le nombre de téléphones portables circulant en France est de 69,6 millions. À ce chiffre, s’ajoute un nombre titanesque d’ordinateurs (fixes ou portables), d’imprimantes, de scanners… Donc, pour une approche green IT réussie, il faut tout d’abord songer à réduire le nombre d’équipements informatiques en circulation.

Pour atteindre cet objectif, diverses pistes peuvent être explorées. La première consiste à acheter des appareils d’une très bonne qualité, et qui justifient ainsi d’une durée de vie plus importante. Il est également possible d’acquérir des appareils reconditionnés. Ils sont moins chers et offrent un niveau de performance similaire à celui des équipements tout neufs, puisqu’ils sont soumis à des tests sévères avant leur mise en vente.

Bien entendu, quand il s’agit de longévité, les constructeurs ont, eux aussi, leur part de responsabilité. C’est à eux qu’incombe la production d’un matériel informatique de qualité et qui dure très longtemps.

#2 Réduire les émissions liées aux serveurs

Au lieu de stocker leurs données sur une infrastructure physique (serveurs) avec tout ce que cela produit comme émissions en CO2, les sociétés peuvent migrer vers des fournisseurs de services Cloud.

Grâce à des fournisseurs comme Microsoft Azure ou AWS (Amazon Web Services), une compagnie est parfaitement en mesure d’avoir une bien moindre consommation énergétique, sans parler de la diminution de la quantité de gaz à effets de serre qu’elle transmet. Même les frais de gestion sont diminués, puisque c’est la plateforme même qui vous garantit la protection de vos informations ainsi que leur intégrité.

Il faut savoir que les plateformes Cloud répartissent leur charge sur plusieurs Data Centers. En outre, ces dernières mettent en place une couche de virtualisation qui permet le partage d’une seule machine avec de nombreux utilisateurs.

#3 Remplacer les anciens équipements par d’autres plus efficaces

Les équipements informatiques anciens sont très énergivores. De plus, leur tolérance physique est bien plus faible comparativement à celle d’un appareil tout neuf. Pour cette raison, une société est tenue de rénover son parc informatique quand ses équipements en place deviennent obsolètes ou présentent des signes de faiblesse.

Évidemment, même ce remplacement peut se faire en parfaite concordance avec les mesures de green IT. L’achat d’appareils reconditionnés en est le parfait exemple.

#4 Surveiller la consommation énergétique des équipements IT

En plus des mesures déjà citées, une société doit évaluer de manière périodique les résultats de son approche green IT. Il est important pour elle de quantifier avec précision sa consommation électrique, la quantité de carbone produite par son parc matériel, le nombre d’équipements qui doivent être achetés ou remplacés…

En agissant ainsi, une compagnie devient plus encline à optimiser l’utilisation de son infrastructure informatique, notamment en réduisant sensiblement ses besoins énergétiques.

À cette analyse, des outils IA sont désormais dédiés. Certaines de ces solutions permettent même le pilotage de la consommation d’énergie, ainsi que l’établissement de prévisions pertinentes quant à la quantité de ressources matérielles et énergétiques nécessaires à maintenir une productivité optimale.

Cette technique d’analyse a permis à Google de réduire de 40 % la consommation énergétique des systèmes de refroidissement de ses Data Centers.

Au vu de ses bienfaits, l’approche green IT va être de plus en plus adoptée par les entreprises. Pour doper leur employabilité, les futurs cadres IT doivent donc se familiariser avec ses préconisations. Si vous aussi vous êtes intéressés par le domaine informatique et que vous souhaitez en apprendre davantage sur le green IT, vous pouvez suivre les formations proposées par l’école IPI.